VOIE DU COMBATTANT

Envoi du  19 octobre 2022 pour parution  début décembre 2022

Section 300 : UNC de FONTAINEBLEAU

Le lundi 19 septembre 2022 notre vice président de section était convoqué à la DMD de Melun pour finaliser son intégration dans la réserve citoyenne de l'armée de terre au grade d'adjudant. 

Avec émotion et fierté, notre ami Jean Louis LE BARS recevait des mains du DMD adjoint l'insigne de la réserve citoyenne. Au regard de son dynamisme et de son immense investissement pour l’UNC,

Jean Louis est une recrue de choix  pour la réserve citoyenne qui tous les jours contribue au rayonnement de nos forces armées, à entretenir le lien armée-nation.

La notion d'engagement au sein de la section UNC du Pays de Fontainebleau n'est pas un vain mot. En effet, outre le président de section qui est officier dans la réserve opérationnelle, plusieurs membres du bureau et du conseil d'administration sont réservistes au sein de la Garde Nationale. Sans compter nos nombreux adhérents qui sont qui sont toujours en activité au sein des forces armées et des forces de sécurité intérieure.

Une nouvelle fois merci Jean Louis pour votre engagement sans limite. Merci à tous nos adhérents qui ont contribué à la défense de notre nation et à ceux qui continuent à la servir sans relâche. En cette période trouble nous avons besoin de femmes et d'hommes pour défendre nos valeurs qui sont de plus en plus menacées.

                                         Le président de section  Cédrick Tomaschke

Photo-2022-10-01

 

Photo-2022-10-02

 

Groupe départemental ROISSY 10 octobre 2022

Cérémonie en l’honneur de l’ancien Président Robert BELLENGER

Cette cérémonie s’est déroulée en présence de Mr BOUCHARD, Maire de Roissy et de Mr Bernard SALE délégué du Souvenir Français. Mme Catherine RAMOS, fille de Robert à évoquer son souvenir en quelques mots très émouvants. Il a été, ensuite, procédé au dépôt d’une plaque rappelant sa vie et son temps de présidence à la tète de l’UNC 77.

Après le dépôt des gerbes, la cérémonie s’est terminée par les discours du Président départemental et de Mr le Maire  de Roissy.

Nous irons ensuite remercier les porte-drapeaux et nous nous promettons de refaire cette cérémonie l’année prochaine.

Photo-2022-10-03    La plaque souvenir

 

Discours du Président Louis-René THEUROT :

Robert, un an déjà que tu nous as quittés. Un an, un siècle, peu importe, le temps passe inexorablement mais, ce qui importe, c’est le souvenir. Le souvenir de ce que tu as été, de ce que tu as fait. Certes, c’est tout ce qui, aujourd’hui, nous reste de toi. Mais ce souvenir, nous qui t’avons connu, nous devons l’entretenir, car il nous semble important que, tous, savent ce qu’a été ta vie, quels furent tes engagements.

Dés l’âge de 19 ans, tu devins combattant en t’engageant dans l’armée française. Tu servis d’abord au Maroc, puis au Vietnam et, enfin, en Algérie. Quand on devient combattant, on le reste pour toujours et c’est ce qui guidera ta vie. Après l’armée tu deviendras, bientôt, Gardien de la Paix, à la préfecture de police de Paris, où tu serviras pendant près de 30 ans.

Sans même attendre qu’arrive l’heure de la retraite, tu t’engageas dans la vie associative comme tu t’étais engagé dans la vie militaire.  Ce fut, tout, d’abord, en t’occupant de l’association des Anciens Combattants de la Police, et en t’investissant aussi dans l’orphelinat de la Police Nationale. Tu rejoindras, également, la cause humanitaire en adhérant à la Croix Rouge où, donneur de sang bénévole, tu seras décoré de l’insigne d’or. C’est, surtout, avec l’Union Nationale des Combattants que tu manifesteras ta volonté d’agir en assurant la présidence du département pendant 25 ans. Un quart de siècle, ce n’est pas rien ! Durant tout ce temps, tu t’y dépenseras beaucoup, et, jamais, tu n’épargneras tes efforts, pour faire vivre notre association. Tu en fus récompensé, en avril 2019, par la décoration de l’Ordre National du Mérite.

Se souvenir, c’est ne pas oublier ! Dirons certains… Mais, ce n’est pas si simple. Le souvenir c’est ce que nous venons de faire présentement en évoquant la vie de Robert. L’oubli c’est bien plus terrible, l’oubli nous mène à la négation même d’une existence. Ce n’est pas pour rien qu’un poète, ou un philosophe, peut-être, a dit : « L’oubli est une des plus pernicieuses maladies qui puissent ronger un peuple ».

A sa famille, à ses amis, à tous ceux qui l’ont connu, je dis : perpétuons son souvenir  et revivifions-le  en promettant de se retrouver devant sa tombe, le plus longtemps que nous pourrons, dans les années à venir.

Louis-René Theurot,

 

Photo-2022-10-04    Devant la tombe

 

Photo-2022-10-05    Discours Mme Catherine RAMOS

 

Rubrique nécrologique

Décès de René GOURSONNET  Le Président de la Section de Torcy a le regret de vous annoncer le décès de Monsieur GOURSONNET René survenu le 16 Aout 2022 il faisait partie de la section depuis de très nombreuses années

Le Président, Les Anciens Combattants de la Section souhaitent bon courage à sa famille et renouvellent leurs sincères condoléances. 

Le Président de Section, Jacques CUREAU

Décès d'André REY Survenu le 1/10/2022 Ancien Président de DAMMARTIN-OTHIS

 Ses obsèques se sont tenues  le mercredi 5 octobre à 10 h 30, église Saint-Jean de DAMMARTIN EN GOELE.

 

Libre propos

LES CHIENS !

25 septembre dernier. Lors de la cérémonie en l’honneur des Harkis,  j’écoutais les autorités faire leurs allocutions. A l’évocation,  de ce que nos compagnons d’armes, avaient pu subirent, je me fit la réflexion que peu à peu la vérité finissait par apparaitre.  Je me suis souvenu, alors, d’une conservation que j’avais eue avec un ressortissant de la république algérienne.

Il y a maintenant quelques décennies,  j’avais été contacté par plusieurs algériens. Je les avais connus, dans le petit village où nous résidions, ils avaient alors une dizaine  d’années. Parvenus à l’âge de la retraite, peut être se sentaient-ils plus libres. Toujours est-il que certains se disant préoccupés par l’histoire de leur pays, venaient de me commander  les ouvrages où j’avais raconté  mes propres souvenirs de cette période.

Ce fut l’occasion de  plusieurs conversations téléphoniques où  nous évoquâmes ce passé. Un jour l’un d’entre eux me racontât l’histoire des hommes-chiens. Une histoire tellement choquante que, jusqu’ici, j’avais  préféré ne jamais en parler.

Mon correspondant me dit : J’ai vu des hommes transformés en chiens !

Ils étaient nus et devaient marcher à quatre pattes, attachés les uns aux autres par une corde autour du cou. Ils se trainaient ainsi quand ils ne tombaient pas d’épuisements, n’ayant que leurs excréments comme seule nourriture. Nous les enfants devions leur  jeter des pierres, les femmes devaient les faire avancer à coups de bâtons dans les rues du village.

Jusqu’alors, j’avais eu de très bonnes relations avec mon correspondant mais cette fois là je le sentais un peu agressif. Il conclut brusquement en déclarant : Tout cela c’est de votre faute, à vous les français !

Louis-René Theurot,