Lisez la presse algérienne 

:

Le Matin d'Algérie 

 

www.lematindz.net

 

Nous devînmes pauvres, par inadvertance, un jour d’été particulièrement chaud où l’on commémorait le 55èmeanniversaire de l’indépendance, la fin d’une guerre dont personne ne se rappelait plus si elle avait été gagnée ou perdue et que le président nous apprit que les caisses de l’État étaient vides.

Ce jour-là, on revint sur terre : nous voilà pauvres pour longtemps !

Au 55e anniversaire de l'indépendance, nous apprîmes que notre pain, nous l'achetions auprès de l'ancienne puissance colonisatrice !

Celle-là à qui le président algérien, expert en matière de diversion, vient d'exiger la repentance pour les crimes coloniaux.

C'est toujours utile de sortir la carte de la mémoire et du patriotisme, quand on veut noyer le poisson dans l'eau. Bouteflika sait que les peuples sont incorrigibles : il succombent au premier serment venu. Il suffit de poser la main sur le Livre ou de parler d’une voix étranglée par l’émotion. C’est gagné ! Ça marche à tous les coups. Ainsi se gouvernent les hommes…

Il convient de savoir faire semblant. Simuler est le seul lien qui unit la base et le sommet. Simuler le bonheur, la démocratie, la sérénité, l'amour de la patrie, la piété...

Ou, comme sait si bien le faire le président, invoquer Dieu, le Coran, les martyrs, la nation en danger...

Ce 55e anniversaire de l'indépendance, Bouteflika a préféré parler de "crise économique grave", d'appeler le peuple à la "résistance" et d'exiger des dirigeants français qu'il se repentent de leurs actes de colonisateurs. Oui, mais cela ne résout pas la question, la seule question qui n'a jamais rencontré de réponse :

- Comment est-on passé d'exportateur de céréales à importateur de pain ?

En 1962, la part des hydrocarbures dans les ventes à l'étranger n'était que de 53 % ! Cela veut dire ce que cela veut dire : 47 % de nos recettes provenaient de produits hors-hydrocarbures. Aujourd'hui, ce taux est passé à 3 % !

L'Algérie ne produit plus rien, n'exporte plus rien.

Et ce n'est ni la faute de Bigeard ni celle de Massu !

C'est la responsabilité des "libérateurs" qui ont pris le pouvoir en 1962, et dont notre président est un échantillon fort représentatif.

 Aucune vision, aucune stratégie, rien que l'exercice absolu du pouvoir.

En près de 19 ans de règne, Bouteflika n'aura pas diminué d'un seul dinar la facture alimentaire du pays, bien que les caisses de l'Etat n'ont cessé de déborder de $. 8 000 milliards de $ plus exactement, de quoi devenir un pays quasi-développé, capable, en tout cas, de se passer de pétrole.

A l'échelle des crimes historiques, condamner 40 millions d'Algériens à la précarité est-il plus pardonnable que le crime de les avoir colonisés ?

Aucun président n'a bénéficié d'une si généreuse manne financière. Ce 5 juillet, un président digne de ce nom aurait annoncé à son peuple la fin de la dépendance pétrolière, la fin du chômage et des incertitudes. Au lieu de cela, il leur apprend qu'ils seront plus pauvres et sans aucune politique de rechange.

Parce qu'il n'a pas diversifié l'économie nationale malgré un afflux financier sans précédent, Bouteflika laisse une Algérie à l'agonie :

 - Dès cet automne, les subventions seront supprimées, nous connaîtrons le temps des licenciements de fonctionnaires, des produits de première nécessité inaccessibles de même que l'électricité, le temps du retour à la bougie et au charbon de bois, de la réduction des budgets santé et de l'éducation. Mais aussi de l’incertitude sur les versements des retraites et des prestations sociales.

Vous attendez repentance des dirigeants français pour les crimes du passé.

Et vous, M. Bouteflika, qui vous pardonnera les crimes d'aujourd'hui et de demain ?

--- La rédaction

 

Qu'il est loin, et sans retour, le bon temps de la colonisation

 

glorifié, entre autres, par le philosophe algérien Boualem Sansal qui écrivait :

 

«  30 ans après l'indépendance, nous voilà ruinés, avec plus de nostalgiques que le pays comptait d'habitants, et plus de rapetoux qu'il n'abritait de colons.

Beaucoup d'algériens regrettent le départ des pieds-noirs, nous aurions, peut-être, évité cette tragédie.

En un siècle, à force de bras, les colons ont, d'un marécage infernal, mitonné un paradis lumineux. Seul, l'amour pouvait oser pareil défi.

40 ans est un temps honnête, ce nous semble, pour reconnaitre que ces foutus colons ont plus chéri cette terre que nous, qui sommes ses enfants »